La consommation numérique

samedi 3 août 2019
par  Fred
popularité : 43%

En relai d’information

La consommation numérique a dépassé l’aviation civile en terme d’impact environnemental. Selon une étude publiée par The Shift Project, elle représenterait 4% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Mais des outils existent pour nous aider à évaluer notre impact personnel.

D’après une étude publiée en juillet 2019 par The Shift Project, un think thank français, 4% du gaz a effet de serre mondial est produit par notre consommation numérique. C’est plus que l’aviation civile. Cette consommation énergétique, qui s’accroît de 9% en moyenne tous les ans, est invisible pour le consommateur. Pourtant, elle pourrait devenir une menace particulièrement importante pour l’environnement.
Les vidéos en ligne : le fléau digital

Dans son étude, The Shift Project met l’accent sur les vidéos en streaming qui constituent le secteur le plus énergivore de nos activités numériques car elles sollicitent énormément les serveurs situés à travers le monde. En 2018, les vidéos représentent 80% du trafic internet et ont produit 300 millions de tonnes de CO2. C’est l’équivalent des émissions carbone totale de l’Espagne sur la même période.

Les principales plateformes incriminées sont YouTube (21% des gaz à effet de serre produits par le numérique), les sites de VoD comme Netflix ou Amazon Prime (34%), ou encore les sites pornographiques (27%).
Réduire sa consommation à l’aide de trois outils

Pour pouvoir continuer à exploiter toutes ces offres digitales, réduire notre consommation numérique n’est plus une option selon The Shift Project. Le groupe de réflexion suggère aux internautes de faire un choix entre ces différents types de vidéo, et notamment de limiter le streaming vidéo à une heure par jour.

Trois outils sont proposés afin d’aider la population à réguler sa consommation. Une vidéo explicative a été mise en ligne par le Think Thank et explique l’impact environnemental de l’achat d’un téléphone et son utilisation. A la fin de la vidéo, la quantité d’énergie utilisée pour la visionner est spécifiée : 8,7g de CO2. Un guide en ligne est également disponible pour apprendre à réduire de 60 à 90% le poids des vidéos en quelques minutes et sans en altérer la qualité.

Enfin, The Shift Project a développé une extension FireFox, Carbonalyser. Une fois installée sur son moteur de recherche, elle calcule la quantité d’énergie consommée sur internet dans la journée. Pour donner une meilleur idée au consommateur, un équivalent en nombre de smartphones rechargés et un en nombre de kilomètres roulés sont proposés.
En quelques minutes, naviguer sur internet peut consommer autant d’énergie que la recharge de 31 smartphones. - Capture d’écran Carbonalyser
En 2025, la consommation numérique plus polluante que les voitures

Plus de la moitié de l’impact digital sur l’environnement est due au "data traffic". Autrement dit, 55% de la production de gaz à effet de serre vient de la consommation numérique et non de sa production. Cela concerne la connexion internet ou les envois et réceptions des données sur un centre de stockage. Une consommation qui s’ajoute à la production matérielle qui correspond à l’extraction des matières premières et la fabrication du téléphone, de la télévision ou de l’ordinateur.

Ce "data traffic" augmente de 25% chaque année. D’autant plus que les vidéos en ligne sont davantage disponibles en HD donc plus lourdes et consommatrices en énergie. Avec des formats tels que le 4K ou le 8K, c’est à dire des vidéo en haute résolution, les besoins en infrastructures sont plus importants et coûteux que pour des vidéos aux images en basse résolution. La question se pose : a-t-on réellement besoin de visionner des images en haute définition sur notre écran d’ordinateur ou smartphone ?

D’ici à 2025, les activités numériques pourraient rejeter 8% du gaz à effet de serre mondial. C’est plus que l’impact environnemental des voitures de nos jours.


Brèves

15 octobre 2015 - Albert Einstein

"On ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l’a (...)

12 mai 2015 - Etienne de la Boétie

"Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut deux choses (...)

6 juin 2014 - Gandhi

« Tant que la croyance subsistera qu’il faut obéir aux lois même quand elles sont injustes, (...)

23 mai 2014 - Charles Stépanoff, anthropologue

"Les nomades disent souvent qu’ils appartiennent aux lieux et non l’inverse."

30 décembre 2013 - Jean-Claude PIERRE

"La pire des pollutions est dans les têtes, c’est l’indifférence et la résignation."