Compte-rendu table ronde : "Gestion de l’eau au jardin et espaces verts"

jeudi 20 juin 2013
par  Carole
popularité : 100%

Un maraîcher biodynamie, un jardinier pédagogique et un responsable espaces verts expliquent leur gestion de l’eau, leur approche d’une culture sans pesticide.

Compte-rendu table ronde : « gestion de l’eau au jardin et espaces verts » Présentation des participants à la table ronde :

Yvan Liehn : maraîcher en biodynamie depuis 12 ans sur une surface de 1,5 hectare. Le sol de son exploitation limono-argileux retient bien l’eau. Ce sol a un bon potentiel hydrique qui lui permet de ne pas souffrir du manque d’eau en été. Il faut cependant arroser plus fréquemment dans les serres, le puits (débit 500l par heure) déjà présent sur l’exploitation ne suffisait plus. M Liehn a donc été obligé de creuser une réserve d’eau de 2500 m3 qui est actuellement à son maximum, l’été pourra être chaud… Une pompe permet d’extraire l’eau de cette réserve et un système de canalisation, de goutte à goutte la distribue dans les serres. La biodynamie utilise des préparations naturelles à base de silice. La plante est renforcée et garde mieux l’eau.

Jean Pierre Morby : jardinier pédagogique de la Ferme Ornée à Carrouges. Ce jardin de ferme sur 15 hectares se fond, s’adapte et respecte la nature. Le paysage mosaïque autour de Carrouges, pentu, composé d’argile, de granite, de schiste métamorphique conditionne le choix des végétaux. Le remembrement du début des années 1970 a supprimé environ 50% des haies. Priorité donc à la reconstitution de la haie qui constitue l’ossature du jardin afin de reformer un bocage « resserré ». Le terrain laissé à l’abandon depuis 20 ans se composait de deux parties : une prairie en friche et deux grandes mares entourées de haies anciennes et bosquets. Une restructuration vers un terroir d’origine, sans intervention de la machine, sur le long terme : « une expérience en cours et en perpétuelle évolution ». www.lafermeorneedecarrouges.fr

Hervé Lelievre : responsable espace vert à la mairie d’Argentan. Comme on peut le voir sur la carte, les espaces verts d’Argentan sont nombreux. La ville d’Argentan possède 40 hectares « organisés » essentiellement les pieds d’immeubles et 40 hectares d’espaces naturels,(dont les pâture. (cf le document joint.) La ville se découpe en quatre secteurs de quatre équipes : Nord, Sud, Est Ouest. En partenariat avec les Agences de l’Eau et les trois Conseils Généraux bas-normands, la FREDON de BASSE-NORMANDIE a développé une charte d’entretien des espaces publics.
La ville d’Argentan a souscrit à cette la charte. Elle comporte trois niveaux d’engagement :

  • Traiter mieux : en connaissant mieux les produits phytosanitaires pour mieux les utiliser et ainsi limiter les risques pour les utilisateurs, le public et l’environnement. Les élus et leurs personnels sont formés, leurs pratiques phytosanitaires sont auditées.
  • Traiter moins : en raisonnant et en repensant l’entretien de tous les espaces communaux pour aboutir à la mise en place d’une gestion différenciée, en faisant appel à des techniques d’entretien autres que chimiques et en privilégiant une gestion simplifiée et plus naturelle des espaces. Sans contraintes de délai.
  • Ne plus traiter du tout chimiquement : la municipalité s’engage à ne plus utiliser de produits phytosanitaires pour entretenir son territoire. http://www.fredon-bassenormandie.fr/charte d’entretien_des espaces_publics Argentan traite moins (niveau 2). Hervé Lelièvre explique qu’il faut faire tout un travail pédagogique pour que la population accepte « le brin d’herbe dans les cimetières », « la mousse du caniveau »… Pas de traitement depuis 3 ans dans les caniveaux, n’oublions pas que l’eau potentiellement traitée retourne dans l’Orne. Un des points de l’Agenda 21 se donne pour objectif d’économiser et de protéger la ressource en eau. Economie en favorisant des espaces verts peu consommateur d’eau, en stockant l’eau de pluie, et protection en supprimant progressivement les produits phytosanitaires, en créant des espaces pour épurer l’eau (les pâtures).

Les jardinières dans la ville consomment 17 m3 d’eau par semaine. Les sens giratoires où les mosaïques de culture sont favorisées demandent beaucoup de main d’œuvre et beaucoup d’eau….
Le Parc de la Noé :
-* Culture " mosaïque" avec des plantes biannuelles qui fleurissent 5 mois. L’arrosage est intégré (goutte à goutte) pour restreindre la consommation d’eau.

-* Massif en vivaces : une fois installé plus besoin d’arrosage, le fleurissement de ces installations est plus court ( 1 mois). On ne peut pas tout avoir...

  • Des espaces pour épurer l’eau : les pâtures

Cette zone humide joue un rôle « tampon » ; elle prend l’eau en période de crue et la restitue pendant les sécheresses. L’eau est filtrée et est préservée des pollutions urbaines. Site Natura 2000 où la biodiversité reprend peu à peu ses droits

Jean Pierre Morby est revenu sur l’aspect pédagogique de la Ferme Ornée :
-  Expliquer le brin d’herbe « qui dépasse », recentrer le désherbage dans un contexte de préservation de la nature (aucun produit phytosanitaire)
-  Réhabilité le pissenlit, la prairie, les espaces ouverts
-  Conserver des espaces humides
-  Favoriser la biodiversité du terroir de Carrouges (froid, humide, venteux)
-  Choisir des espèces indigènes pour assurer la pérennité des haies locales, observer, réajuster
-  Planter en fonction de la nature du terrain, de son ensoleillement
-  Utiliser le fumier des chevaux de la ferme
-  Utiliser uniquement l’eau de pluie pour l’arrosage des plantes en pot.
Quelques conseils de nos trois intervenants pour utiliser moins d’eau…
• Choisir des plantes indigènes et les planter à la bonne période (novembre). Elles auront ainsi le temps de se faire un bon réseau racinaire.
• Privilégier les graminées sur terrain sec , elles résistent bien à la sécheresse
• Utiliser le paillage qui maintiendra l’humidité et empêchera l’enherbement.
• Connaître le PH (l’acidité) de sa terre pour adapter son choix de plantes.


Un grand merci à tous les participants de cette table ronde.


Documents joints

PDF - 1.5 Mo
PDF - 1.5 Mo

Brèves

25 mars 2014 - Derek Rasmussen, conseiller auprès de l’assemblée élue qui représente les Iniuit du Nuvanut

"« Où voulez-vous être enterré ? » Toute civilisation indigène sait répondre à cette (...)

5 juillet 2013 - Jules Verne (écrivain français 1828 - 1905)

"C’est à force de répandre le bon grain, qu’une semence finit par tomber dans le sillon (...)

10 mars 2013 - Mahatma Gandhi

"La planète peut pourvoir aux besoins de tous, mais non satisfaire la cupidité de (...)

17 décembre 2012 - Khalil Gibran

"Ami, n’imitez pas celui qui, assis devant l’âtre, regarde le feu mourir puis souffle en vain sur (...)

20 septembre 2012 - Proverbe chinois

"Si tu veux être heureux toute ta vie, fais toi jardinier."